Aller au contenu

Le cinema parle

Logo de l'association Le cinéma parle
auteurs audiodescripteurs associés
Les émotions se partagent,
les œuvres se transmettent

SENSIBILISER

Une jeune fille, le visage émerveillé, la peau très blanche, les cheveux frisés d'un blond très clair, presque blanc, le regard étrangement attentif, la bouche bée. D'un index, elle parcourt le câble rouge qui serpente autour d'un micro. Derrière elle, une femme suit son geste ; souriante
Projet Un atelier de pratique audiodescriptive inclusif © Corinne Dardé

Faire découvrir l'audiodescription pour repenser "la question du handicap"

L’Atelier est un espace de partage que Le Cinéma Parle vous propose de mettre en œuvre afin de découvrir par l’expérience les enjeux de la pratique audiodescriptive.

L’atelier se décline sous différentes formes : de la découverte sensible du dispositif audiodescriptif à la pratique, en passant par la résidence d’une réalisatrice audiodescriptrice. Il se module et se modèle à la demande, il s’adapte aux contextes, aux arts et aux publics.

La découverte sensible du dispositif audiodescriptif,
la pratique audiodescriptive ou la résidence d’un auteur descripteur :

L'Atelier, de L'Œil Sonore/Le Cinéma Parle.

« Les participants sont inscrits dans une dynamique collective, ils mettent en commun, et dans le respect de leurs perceptions, leur expérience sensible. Le droit du ressenti se partage et se parle, s’argumente et se confronte ; l’œuvre se transmet : Les choix de la réalisation cinématographique – le cadrage de l’image, la qualité du noir et blanc – les partis pris de la mise en scène au spectacle vivant – l’occupation du plateau, la valorisation d’un corps par une lumière enveloppante – la matière éparpillée en myriades d’éclats colorés chez les peintres impressionnistes, le déhanché délicat de l’Ange au sourire de Reims… »

Quels dispositifs sommes-nous capables de mettre en œuvre pour partager une expérience esthétique ?
La version audiodécrite ouvre un large horizon à cette question.

D’une part, parce qu’elle offre une possibilité inédite de renouveler les modalités de la rencontre avec les publics. Elle permet, en elle-même, de rendre compte d’une démarche artistique, de suggérer un chemin à nos « yeux du dedans », tout en évitant l’écueil auquel on se heurte lorsqu’on se met en position de commentaire. Elle nous place immédiatement au cœur d’une œuvre ; elle convoque notre part sensible, pour saisir un autre regard que le nôtre posé sur le monde, et nous le transmettre strictement.

D’autre part, parce que l’audiodescription annule la seule référence négative liée à une situation de handicap, au profit d’une valeur positive : nous avons tous une appétence pour l’expérience esthétique, et cela se partage. Nous partageons le plaisir du cinéma ou du spectacle vivant, l’émotion devant une œuvre plastique ou un site patrimonial. Nos perceptions peuvent se côtoyer et se reconnaître. Nous avons tous quelque chose en commun, et cela s’appelle : le Sensible.

Ainsi la version audiodécrite favorise-t-elle la rencontre collective, dans le respect de la perception de chacun. Elle déborde la question de la cécité et de la malvoyance. Elle est, essentiellement, et pour le plus grand nombre, un dispositif inclusif de transmission des œuvres et du monde.

Marie Diagne

L'Atelier,

un espace inclusif développé pour sensibiliser aux enjeux du dispositif audiodescriptif

L’atelier de découverte sensible

Accoudés, des jeunes gens assis les uns à côté des autres, le visage caché derrière leurs mains largement ouvertes. Seule, au centre de la photographie, une jeune femme aux yeux clos, les traits sereins, le menton posé dans le creux de sa main
© Corinne Dardé

L’atelier de découverte sensible

Il s'agit non seulement d'interroger cette singulière manière d’écrire les arts et monde, dans le choix des mots et la construction des phrases. Mais aussi de questionner l'interprétation et le calage du texte descriptif.
À partir de différents fragments et dans l’échange, chacun évaluera les éléments incontournables d’une version audiodécrite réussie.

L’atelier de réalisation audiodescriptive

Trois enfants d'une dizaine d'années, assis en arc de cercle, attentifs. L'un d'entre eux porte des lunettes noires. Penchée au-dessus d'eux, Marie s'adresse à eux.
© Marie-Catherine Bernard - La Nouvelle République

L’atelier de réalisation audiodescriptive

Dans le respect de leurs perceptions, les participants découvrent par l’expérience la pratique audiodescriptive. Ils écrivent et calent le cas échéant leur description. Ils interprètent en direct ou enregistrent leur texte.
Ils commentent le résultat de leur travail, s’interrogent sur la richesse de réunir les publics, et sur la notion d'inclusion par l'art.

Une réalisatrice de VAD
en résidence

Entrelacés dans les herbes, deux lutteurs, le torse nu. Le visage de l'un, au sol, a disparu derrière le bras de l'autre. Cette photographie de Nolwenn Brod a fait l'objet d'une description en résidence
© Nolwenn Brod - Galerie VU

Une réalisatrice de VAD
en résidence

Dans le cadre de sa résidence, l'auteure réalise la version audiodécrite d’une œuvre, d’un site ou d’un parcours. Pendant le temps de recherche et de création, elle ménage des temps de rencontres publiques, et/ou d’ateliers.
A l'issue de son séjour, elle accompagne l’adaptation réalisée.

Pour partager votre projet, envisager un dispositif particulier, obtenir un devis.

Syvain BEAULIEU
Témoignages
« Pour la première fois dans une salle de cinéma, j’ai pu entendre les images. »

Sylvain BEAULIEU
Spectateur, et aveugle

Antoine BRUGIÈRE
Témoignages
« Le comédien interprète : un transparent du verbe, en garde rapprochée du poétique. »

Antoine BRUGIÈRE
Artiste interprète

Claire BARTOLI
Témoignages
« Au cinéma, le professionnel déficient visuel interroge l'image afin que le texte de l'audiodescripteur soit au plus près de l'intention et s'inscrive dans le déroulement sonore du film. »

Claire BARTOLI
Collaboratrice à l'écriture audiodescriptive, et aveugle

Marie DIAGNE
Témoignages
« L'auteur d'un texte de la version audio/décrite d'un film nourrit d'une double sensibilité la singulière écriture qui est la sienne. »

Marie DIAGNE
Réalisatrice de Versions Audio/Décrites - VAD

Philippe LUMBROSO
Témoignages
« Fondamental est le respect de l'oeuvre : ce n'est pas son film que l'audio descripteur doit transmettre, ni que l'on se pâme devant sa prose, mais bien le sensible, les émotions voulues par le réalisateur. »

Philippe LUMBROSO
Magasine QSLD n°20, 2014, L'atelier de découverte sensible de L'Oeil Sonore / Le Cinéma Parle

Fabrice CHILLET
Témoignages
« L'audio description, ou l'expérience de l'altérité au cinéma. »

Fabrice CHILLET
La Lettre des pôles, L'atelier audio description

Bruno DARLES
Témoignages
« Au départ, il y a une grande angoisse des élèves à se rencontrer. Dès qu’ils ont eu le casque sur les oreilles, il n’y avait plus de différence. Ils étaient tous en train de discuter d’un problème précis qu’il y avait au montage de l’audio description. »

Bruno DARLES
Enseignant

previous arrow
next arrow
Aller au contenu principal