Aller au contenu

Le cinema parle

Logo de l'association Le cinéma parle
auteurs audiodescripteurs associés
Les émotions se partagent,
les œuvres se transmettent

PROMOUVOIR

Sur un parvis ensoleillé, un femme au visage rayonnant porte des lunettes de soleil. Près d'elle, un jeune homme aux yeux clos, attentif. Dans sa main droite, une canne blanche. De la gauche, il tient le bras de sa voisine. Entre eux, elle maintient un téléphone portable à la hauteur de leurs oreilles. Derrière eux, sur la façade de verre d'un bâtiment, le reflet de la cathédrale Notre-Dame de Reims.
Projet L'Oeil Sonore de la Cathédrale Notre-Dame de Reims - diffusion de l'audioguide inclusif © Le Regard au Bout des Doigts

Une proposition d’accessibilité est une solution globale

L’association L’Œil Sonore et Le Cinéma Parle s’inscrit aussi dans un projet de plus grande envergure.
Elle accompagne la communication et la diffusion de ses versions audiodécrites, et multiplie « l’expérience intrigante de l’œuvre que l’on écoute », en travaillant main dans la main avec le commanditaire, les publics et les artistes ; les diffuseurs et les prestations complémentaires.

L'Oeil Sonore et Le Cinéma Parle tisse les réseaux sensibles de partenaires exigeants

Le projet de L’Oeil Sonore et Le Cinéma Parle déborde la réalisation audiodescriptive, et réinvente la proposition d’accessibilité, dans une démarche professionnelle de co-construction.  Nous présentons nos audiodescriptions comme une expérience inclusive, qui renouvelle la rencontre des publics avec les œuvres et les biens patrimoniaux ; valorise ainsi la médiation culturelle. Nous développons la conception sonore. Nous fabriquons des documents en braille et en gros caractères, en respectant les normes pour lecteurs malvoyants. Nous produisons des images tactiles. Nous mobilisons les différents canaux d’une communication locale, régionale, nationale.

L’existence d’une version audiodécrite de qualité est indispensable aux citoyens mal et non voyants, mais elle ne suffit pas à promouvoir l’accessibilité des œuvres. Les témoignages sont nombreux, de propositions qui ne trouvent pas leur public, d’audiodescriptions qui sommeillent parfois jusqu’à l’oubli, voire la réalisation d’une seconde adaptation, de citoyens aveugles ou malvoyants en quête d’audiodescriptions, ou de programmateurs, de conservateurs et de médiateurs à la recherche de dispositifs d’accessibilité innovants.

L’Oeil Sonore et Le Cinéma Parle dépasse la posture du prestataire en audiodescription, et remplit sa mission associative. Le projet sollicite des intervenants reconnus pour leur expertise, et tisse un réseau de partenaires exigeants, et de compétences complémentaires. Il s’ancre dans son territoire régional, la Bretagne, pour mieux s’ouvrir au territoire national, et déborder les frontières.

La conception d'un véritable parcours d'inclusion

Depuis l'accompagnement en présentiel, jusqu'à la communication multicanale

Accompagner en présentiel
la diffusion des Versions
Audio/Décrites réalisées

Sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Reims, un peu groupe entoure une femme aux longs cheveux gris, veste fleurie. Elle pointe du doigt un détail de la façade principale. Deux visiteurs tendent le cou, une se penche vers son chien-guide. Un troisième, une canne blanche à la main, a le visage attentif.
© Le Regard au bout des doigts

Accompagner en présentiel
la diffusion des Versions
Audio/Décrites réalisées

La présentation d’un dispositif audiodescriptif, pour les œuvres, les sites patrimoniaux ou tout autre contexte, valorise l’inclusion. Les enjeux artistiques sont mis en avant avec simplicité.
La proposition : offrir au plus grand nombre, pourvus de ses "yeux du dedans" ou de ses "yeux du dehors", une découverte inédite. 
Photographie : Projet L'Oeil Sonore de la Cathédrale ND de Reims.

Déployer l’accessibilité de la version audiodécrite avec des supports complémentaires

Un feuillet en noir et braille présente le film Linda veut du poulet ! Il est accompagné d'une image en relief : le visage de Linda, personnage principal, avec... un poulet, bien dodu, debout sous ses yeux !
© L'Oeil Sonore/Le Cinéma Parle

Déployer l’accessibilité de la version audiodécrite avec des supports complémentaires

Les documents en braille et en gros caractères préparent et prolongent la découverte audiodescriptive, autant qu’ils soutiennent la lutte contre l’illettrisme des plus jeunes.
L’image tactile propose une perception sensorielle complémentaire, et s’offre au plus grand nombre.
Photographie : documents inclusifs pour Linda veut du poulet ! C.Malta, S.Laudenbach - FEMA 2023

Mettre en œuvre et soutenir une communication multicanale
et inclusive

Le fragment d'un courriel inclusif, pour la 38ème édition du festival Européen du film court de Brest, contenant le photogramme d'un film, et sa description : Image : Vithushan, huit ans, les traits indiens, plante son regard dans les nôtres. Il a l'air décidé et porte un blouson coloré. Cette image a été prise pendant le tournage du film Master of the classe, réalisé en 2017 par Carine May et Hakim Zouhani
© L'Oeil Sonore/Le Cinéma Parle

Mettre en oeuvre et soutenir une communication multicanale
et inclusive

Outre la campagne de mails inclusive (description des images, polices sans empattement ou vérification des contrastes de couleurs par exemple), mobilisation de différents canaux pour transmettre les invitations, et diffuser l’information.
Photographie : Festival Européen du Film Court de Brest, 2018.

Pour partager votre projet, envisager un dispositif particulier, obtenir un devis.

Syvain BEAULIEU
Témoignages
« Pour la première fois dans une salle de cinéma, j’ai pu entendre les images. »

Sylvain BEAULIEU
Spectateur, et aveugle

Antoine BRUGIÈRE
Témoignages
« Le comédien interprète : un transparent du verbe, en garde rapprochée du poétique. »

Antoine BRUGIÈRE
Artiste interprète

Claire BARTOLI
Témoignages
« Au cinéma, le professionnel déficient visuel interroge l'image afin que le texte de l'audiodescripteur soit au plus près de l'intention et s'inscrive dans le déroulement sonore du film. »

Claire BARTOLI
Collaboratrice à l'écriture audiodescriptive, et aveugle

Marie DIAGNE
Témoignages
« L'auteur d'un texte de la version audio/décrite d'un film nourrit d'une double sensibilité la singulière écriture qui est la sienne. »

Marie DIAGNE
Réalisatrice de Versions Audio/Décrites - VAD

Philippe LUMBROSO
Témoignages
« Fondamental est le respect de l'oeuvre : ce n'est pas son film que l'audio descripteur doit transmettre, ni que l'on se pâme devant sa prose, mais bien le sensible, les émotions voulues par le réalisateur. »

Philippe LUMBROSO
Magasine QSLD n°20, 2014, L'atelier de découverte sensible de L'Oeil Sonore / Le Cinéma Parle

Fabrice CHILLET
Témoignages
« L'audio description, ou l'expérience de l'altérité au cinéma. »

Fabrice CHILLET
La Lettre des pôles, L'atelier audio description

Bruno DARLES
Témoignages
« Au départ, il y a une grande angoisse des élèves à se rencontrer. Dès qu’ils ont eu le casque sur les oreilles, il n’y avait plus de différence. Ils étaient tous en train de discuter d’un problème précis qu’il y avait au montage de l’audio description. »

Bruno DARLES
Enseignant

previous arrow
next arrow
Aller au contenu principal