Aller au contenu

Le cinema parle

Logo de l'association Le cinéma parle
auteurs audiodescripteurs associés
Les émotions se partagent,
les œuvres se transmettent

Fabrice CHILLET, La Lettre des pôles

    La Lettre des pôles a été la publication semestrielle des pôles régionaux d’éducation au cinéma entre 2004 et 2012.
    Un numéro hors-série, paru en novembre 2013, titrait : Pour l’éducation à l’image. Marie Diagne y était sollicitée pour faire le point sur sa pratique en ateliers audio description.

    « L’audio description ou l’expérience de l’altérité du cinéma » est le titre de l’article résumant sa réflexion.

    « Au carrefour des problématiques d’accessibilité, de pédagogie et d’approche sensible du cinéma, on retrouve les ateliers d’audio description qui annulent une situation de carence au profit d’un partage enrichissant pour chacune des parties impliquées. Car ces ateliers ne fonctionnent que dans le cadre d’une mixité des publics, voyants et non-voyants en particulier. Une expérience de l’altérité rendue possible du fait même que le cinéma est avant tout une émotion intellectuelle et sensible. Pour Marie Diagne, scénariste, documentariste et audio descriptrice, il s’agit de fabriquer un objet qui va transmettre une perception du monde exprimé avec le cinéma. « Cela ne m’intéresse pas d’être juste dans le registre informatif et descriptif. Je dois faire appel à ma part émotive et sensible tout en me gardant bien d’interpréter la proposition de cinéma de l’auteur. »

    Ainsi, à travers chacune des étapes d’un atelier tel que le conduit Marie Diagne, se joue une part d’émotion et de compréhension. « Je pars de leur perception pour leur faire rencontrer une œuvre ». Dans cette dynamique, « le travail de description mène naturellement à l’analyse ». Les ateliers d’audio description, en tant qu’ils sollicitent à la fois l’écoute, le regard pour le binôme voyant / non voyant, l’échange, l’écriture, la diction posent aussi la question de l’interdisciplinarité en faveur d’une pédagogie pleine et entière du cinéma. Il paraît donc légitime et souhaitable que l’ensemble des partenaires impliqués dans la pédagogie à l’image soient associés assez rapidement à l’organisation d’une journée de réflexion consacrée à ce mode d’approche sensible du cinéma qui constitue un outil à la fois pertinent et stimulant, ouvert à tous les publics. »

    Fabrice Chillet

    La lettre des pôles hors série
    (lien de téléchargement du PDF)

    Lettre d’information des pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel
    Pour l’éducation à l’image de demain

    Aller au contenu principal